Sendil Coumarane. M, Directeur du Volontariat, nous envoie un message (que nous avons traduit ci-dessous) très sobre décrivant la tragédie que vit actuellement la région de Pondichéry, particulièrement dans les quartiers pauvres, toujours atteints en priorité par cette misère.
 
Sendil ne demande rien. Il dit seulement “Merci”.

Vue l’urgence résultant de l’intensité de cette tragique situation, les Comités ont décidé d’agir. Nous ouvrons donc une collecte, suite à l’envoi de ces nouvelles. Se référer à L'ALBUM 'MOUSSON 2015' et vous contasterez l'ampleur des degats et des besoins.
 
Tout don même minime sera le bienvenu, quel que soit son montant, se fondant dans la somme que nous récolterons. A vous qui souhaitez soulager ces gens dans leurs épreuves et partager un peu de votre confort, nous proposons de participer.
 
La somme collectée sera remise dans son intégralité au VOLONTARIAT dans les plus brefs délais. Nous avons une confiance totale dans l’utilisation qui en sera faite.
 
Merci d’adresser votre don à :
Association Aide au Volontariat en Inde,
9 Rue Longchamp
69100 VILLEURBANNE
en mentionnant au dos de votre chèque ”OPERATION MOUSSON 2015”.
 
Un reçu fiscal vous sera adressé ; notre Association ayant l’agrément de la Préfecture du Rhône, ce don donne droit à une réduction d’impôts de 75%.
 
Par avance nous vous disons un grand merci pour eux.
 
Le Comité de Lyon Villeurbanne
 
 
Mail de Sendil :

Pondichéry, le 7 Décembre 2015

 

Chers Amis,

 

Je vous écris ce mail, après des pluies torrentielles sans interruption depuis une semaine. La vie à Pondichéry a été complètement paralysée. Les routes ont été inondées et aucun moyen de transport n'était utilisable. La pluie est entrée dans toutes les maisons par les niveaux bas  puis est montée d'un mètre. Les huttes ont été endommagées. Le grand canal près du Volontariat a débordé et a pénétré dans les maisons situées sur les bordures. Nous avons ouvert notre communauté pour loger les personnes sinistrées. Nous avons distribué de la nourriture le matin, à midi et le soir dans environs dix quartiers sinistrés près du Volontariat. Ce qui a été fait pendant 5 jours.

 

Comme secours immédiat nous avons fourni des bâches pour couvrir les cases endommagées où sont logés nos enfants parrainés. Il y a eu des problème électriques à l'Atelier Shanti dus à l'humidité dans les sol et les murs.

 

Notre quartier voisin de Cuddalore a été très sévèrement touché par la pluie et les inondations. Cinquante personnes ont perdu la vie en une nuit. les familles sont sans énergies et sans électricité depuis plus de deux semaines. L'eau stagne et ne s'évacue pas encore. Presque toutes les cultures ont été emportées par les inondations.

 

La situation à Chennai (Madras) est dramatique. Les trois rivières qui coulent dans Chennai avaient été converties en égouts à ciel ouvert depuis des années. Avec les récentes inondations, les rivières et leurs contenus ont débordées et ont envahi les maisons et les rues de la ville. La ville entière a été couverte par les inondations. Les eaux ont monté de 3 ou 4 mètres. A l'heure actuelle les habitants n'ont plus d'eau potable. Un litre de lait qui était vendu Rs. 40 (0,55 Euro) avant les inondations est maintenant au prix de Rs.150 à 200 (1,70 à 2,10 Euros). La population demande de la nourriture, les hélicoptères de l'armée distribuent des paquets de vivres et des bouteilles d'eau sur le toit des maisons.

 

Les gens ont tout perdu. Ceux qui avaient de l'argent n'ont pas pu en prendre aux distributeurs automatiques à cause de pannes dues aux coupures d'électricité et de communication. Tout le monde, riche et pauvre se retrouve au même niveau en raison des inondations. Chacun dépend de l'autre pour les secours et la nourriture. Nous avons fourni 450 repas trois fois par jour et pendant une semaine de la nourriture dans les villages voisins.

 

Il n'y a ni voitures ni vélo sur les routes de Chennai. Les bateaux côtiers se sont trouvés de nouveaux passages. Les pêcheurs sont venus à la rescousse de la population avec leurs barques. L'équipe nationale de secours, les garde-côtes et les militaires ont été appelés pour secourir la population. Tous les lacs des districts de Chennai, Kancheepuram, Thiruvallur and Cuddalore avaient atteint leurs capacités maximales. On a dû les ouvrir ce qui a encore ajouté de l'eau dans les habitations.

 

Le Volontariat se doit de porter secours à nos concitoyens. Besoins essentiels, outre la nourriture :

 

1. Les huttes doivent être reconstruites ou nous devons fournir de quoi refaire une toiture. Reconstruire une hutte coûte environ Rs.15 000 to Rs.20 000 (220 à 280 Euros). Le même montant est nécessaire pour remplacer la toiture avec des plaques anti-feu.

 

2. Nous devons apporter des secours médicaux dans les villages endommagés. les médicaments coûteraient un minimum de Rs.50 000 (750 Euros) pour 10 villages. Ce soutien peut être fait avec notre véhicule médical.

 

3. Si la situation perdure, nous devrons fournir des rations aux villages proches de Cuddalore.

 

Je ne suis pas en mesure de vous donner des statistiques. Si cela est nécessaire, je peux les demander aux travailleurs sociaux. Nous pouvons acheter 1.000 draps de lit qui coûtent Rs.100 to 120 pièce (1,50 à 2,00 Euros pièce). De même pour les matelas qui coûtent environ Rs.150 pièce (2,10 Euros pièce).

 

Si vous avez besoin de plus d'informations, je suis à votre disposition.

 

Merci,

 

Sendil Coumarane. M

Directeur

Volontariat